Logo le monde à deux

Qui sommes-nous ?

Aline et Guillaume du blog le monde a deux

Nous deux :

On en a mis du temps avant de s’apprivoiser et à envisager qu’on était compatible. Nous deux, ce n’est pas un coup de foudre ou un conte de fée. Je sortais d’une période compliquée et lui n’envisageait pas de se caser.

Pourtant, l’enfant folle et perdue que j’étais à trouver en Guillaume une stabilité et une ouverture d’esprit. Pas besoin de faux semblants ou de phrases toute faites, entre nous c’est simple.

Ensemble depuis 4 ans, la vie se vit au jour le jour et encore plus depuis qu’on est sur la route.

Nous avons la même vision de la vie, des idéaux en commun mais aussi des différences qui nous complètent.

Nous cherchons tous les deux à prendre soin de nous (par l’alimentation et le sport), même si ce n’est pas gagné ! Et le voyage nous a rendu encore plus sensible à la Nature. Nous ne nous proclamons pas écolos, mais nous cherchons par les moyens qui sont à notre disposition de faire quelques petits gestes au quotidien.

Ce voyage est pour nous deux une grande rencontre de l’autre, celui qu’on appelle l’étranger. L’étranger hors de nos frontières mais qui parfois n’est qu’à un mur de chez nous. L’autre quel qu’il soit avec nos similitudes et nos différences.

Mais ce voyage est aussi une recherche personnelle et la découverte d’une vie à deux sur la route.

Aline

Aline du blog le monde a deuxÇa c’est moi !

Les pieds plein de boue, la tête en bas et le sourire aux lèvres. Une vraie gamine de 28 ans (le jour du départ) qui cherchait à garder son âme d’enfant quoiqu’il en coûte.

J’aime toucher à tout, je m’enflamme d’un rien et aimerait tout apprendre. Je sais que c’est impossible, mais la vie est tellement courte que j’aimerais en ingurgiter le maximum par tous les moyens. Faire des rencontres, m’intéresser aux gens quel que soit leurs milieux sociaux, leurs cultures, leurs passions. Je vois le travail comme un moyen d’apprentissage et non comme une corvée quotidienne. Puis le voyage qui m’a ouvert des horizons insoupçonnés.

Après mes études, j’ai travaillé 5 ans dans un hôpital psychiatrique et cela m’a énormément forgé à une certaine réalité de la vie, mais cela a aussi fini par m’éteindre. Je suis devenue ce que je reprochais à certains de mes collègues en débarquant dans ce milieu professionnel : de perdre notre motivation, de fermer les yeux sur ce qui choque au quotidien, un laisser-aller délétère pour les patients, un défaitisme qui ne me ressemblait absolument pas.

Chocho m’a finalement aidé à ouvrir les yeux, la fatigue et les pleurs rituels tous les soirs ont été un électrochoc. Il était temps que les choses changent !

Je crois que le virus du voyage m’a été transmis dès ma naissance, mais il ne s’est vraiment développé qu’à l’âge de mes 25 ans. Quelques déménagements dès mon plus jeune âge ont contribué à me sentir française avant même de me sentir lyonnaise, basque ou bordelaise… J’habite Bordeaux depuis maintenant 10 ans et elle est devenue ma ville d’adoption. C’est dans cette ville que les premiers symptômes du « voyage » se sont manifestés. J’ai un père qui a vécu 15 ans en Afrique, qui a beaucoup voyagé pour son travail et une maman aux racines italiennes qui m’a transmis ses origines.
J’ai appris à suivre les opportunités de la vie qui m’ont conduite à Londres pour un voyage d’école, à Rome où j’ai partagé la vie d’une famille italienne en tant que jeune fille au pair tout un été, à Montréal pour rejoindre une amie très chère, à Amsterdam et à Edimbourg sur des coups de tête puis en Andalousie, premier voyage en sac à dos avec mon homme.

Chocho me voit comme une enfant adulte, souriante, un peu naïve mais heureuse de vivre. Une jeune femme qui a besoin de son confort quotidien. Ce voyage en mode backpacker nous le confirmera ou pas.


Guillaume ou Chocho

Guillaume du blog le monde a deux

J’en ai mis du temps à trouver ma voie.

Pourtant ce n’était pas gagné. À l’annonce d’un « cap de faire ça ? » j’étais déjà parti… Mes parents étaient toujours derrière moi. À l’époque, je les trouvais trop protecteurs, avec le recul, ils m’ont donné un cadre qui m’a permis d’avancer à mon rythme.

J’ai longtemps cru que les études n’étaient pas pour moi. Après le bac, j’ai oublié mon inscription, j’ai testé la fac 3 jours avant de me prostrer chez moiJe me suis mis à jouer et je suis devenue bon, très bon même. Quand je fais quelque chose, je le fais à fond. Il n’y avait que le jeu, qu’importait la vie extérieure. Une année passée devant l’écran et à la nouvelle rentrée scolaire : 2e échec. 3 mois en BTS m’ont démontré que je n’étais pas à ma place…

Je suis retourné à mon écran, caché derrière mon pseudo et mon avatar.

Agoraphobe de 120 kgs, j’étais devenu quelqu’un d’autre. 

Un essai de formation au milieu d’étudiants de 40 ans m’a enfin fait réaliser qu’il fallait que je trouve ma place… J’ai fini dans un BTS IG développeur informatique et j’ai tout réussi. J’ai repris le sport et j’ai atteint mon objectif.

J’avais perdu 50 kgs et je savais que plus rien ne pouvait m’arrêter.

Comme quoi, quand on y croit, on finit toujours par y arriver ! C’est devenu ma devise.

Le grand solitaire que j’étais, a rencontré Aline et j’ai découvert un bien beau challenge : la vie à deux. Un jour, elle m’a proposé de partir faire le tour du monde (un de mes rêves les plus anciens), j’y ai vu une manière d’éponger ma soif de découverte insatiable.

Maintenant j’ai 31 ans et un nouveau défi à relever.

Aline me voit comme quelqu’un de solide et de fiable, un solitaire qui ne demandait qu’un coup de pouce pour laisser sortir son côté enfantin et sa folie. Quelqu’un effectivement prêt à relever tous les défis dont celui de la supporter jusqu’au bout du monde !

 

 

Aline et Guillaume le monde a deux

8 commentaires

  • Répondre
    Philippe
    14 août 2015

    Salut,
    Beaucoup d’émotion et de vécu dans cet article. En effet, si on n’est pas prêt à aller vers les gens il vaut mieux rester chez soi! Mais quel bonheur de découvrir autre chose et d’autres personnes! Alors on apprend et on apprend encore………..Nous voyageons beaucoup et c’est notre premier tour de planète à 2 à partir du 30 septembre( je l’ai fait en bateau en 1973 !!!!) donc la pression monte malgré l’expérience car on a hâte de découvrir encore.
    Philippe et catherine

    • Répondre
      Auteur
      14 août 2015

      Une chose est sur c’est qu’on a toujours quelque chose à apprendre.

      ça doit être une belle expérience de voyager en bateau, différente mais tout aussi magnifique j’imagine. Je comprends que l’excitation doit être grande, le 30 septembre approche à grand pas. On vous souhaite un merveilleux voyage et encore beaucoup à découvrir !

  • Répondre
    Lo
    22 août 2015

    Quel joli petit couple débordant d’amour même à travers mon ordinateur. Je vous souhaite de beaux voyages ensemble 🙂
    Et maintenant que je viens de connaitre votre blog je vais vous suivre avec grand plaisir! ^^

    • Répondre
      Auteur
      23 août 2015

      Merci très sincèrement de votre message. J’ai réussi à retransmettre notre énergie à travers cette page et j’en suis très heureuse.
      Au plaisir de vous relire sur ce blog 🙂

  • Répondre
    Emilie
    25 août 2015

    Je vous adore 😉 profitez de tout !!!

    • Répondre
      Auteur
      26 août 2015

      Merci pour cet enthousiasme Emilie 😀
      Promis on profite de chaque seconde !

  • Répondre
    27 août 2015

    Vous avez réussi à mettre la larme à l’œil 🙂
    Une belle histoire dans laquelle nous nous reconnaissons, Tony et moi.
    Bises à vous deux

    • Répondre
      Auteur
      28 août 2015

      Ton message me touche. Je suis ton travail depuis peu, mais j’en suis déjà accro 🙂
      Merci pour ce commentaire.
      En tout cas, je vous souhaite que des bonnes choses à Taïwan, nous sommes littéralement tombé amoureux de cette île qui a tout pour plaire !