Logo le monde à deux

L’histoire d’un itinéraire tour du monde abandonné

L’histoire d’un itinéraire tour du monde abandonné

En écrivant cet article un an après, j’ai le sourire aux lèvres. Nous sommes bien loin de notre itinéraire initial. Celui que nous avions mis si longtemps à construire.

Mais je vous ramène 1 an et demi plus tôt, où nous étions tous les deux dans notre maison bordelaise, face à notre carte du monde affichée au mur.

Construire un itinéraire d’un an ou comment réaliser qu’on ne peut pas tout faire !

Un an de tour du monde ça se mûrit, ça se construit, ça se défait et ça se reconstruit. Ça n’a jamais été aussi vrai pour nous.

Une fois l’idée lancée, le voyage avait déjà commencé. On s’est projeté, on a fait la liste des pays et on a réfléchi aux compromis, Guillaume voulait la Mongolie, je voulais l’Inde et le Japon, les 2 premiers étaient des incontournables.

Mais laissez-moi vous retranscrire une de nos discussions, qui vous parlera surement, j’en suis convaincue :

Aline : Mongolie ? Mmh, pourquoi pas … Mais moi, je veux aller au Japon !
Guillaume (réaliste) : OK, mais c’est super cher le Japon
Aline (songeuse) : Oui et ? Après on ira en Asie du Sud Est, en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Amérique du Sud bien évidemment !
Guillaume : Deal !
Aline : Mais on doit aller au Canada aussi puis en Afrique !! Puis en Islande … Oh j’oublie l’Europe ! Et puis tout en fait
Guillaume (encore plus réaliste) : Mais tu réalises qu’on ne peut pas tout faire ?
Aline (étonnée) : Pourquoi ?

Oui pourquoi ?

J’avais déjà vécu cette situation plusieurs années auparavant. J’avais eu l’opportunité d’aller au Canada et quitte à être là-bas je voulais aller à New York. Je n’ai absolument aucune notion des distances. Mais j’étais plus proche de New York depuis Toronto que de Bordeaux (logique non?). Du coup, j’ai insisté et en plus de tout le reste, on l’a fait !

Du coup, j’avais la même logique. Une fois en Asie, l’Australie est proche et une fois en Nouvelle-Zélande, l’Amérique du Sud, puis après le Nord puis… Bref, vous voyez le raisonnement.

Je débordais d’énergie et de folie, dans ces moments-là tout est possible à mes yeux.

Pourtant, on a fait comme beaucoup : on s’est restreint. On a regardé les climats « parfaits », les trajets « parfaits ». Puis, on a fait notre tableau Excel pour les meilleures périodes. (d’ailleurs pour vous aider, il existe un très bon outil créer par A-contresens)

On a planifié sur un an et en juin 2014, on a pondu cet itinéraire « classique ».

itineraire tour du monde

Je ne critique pas tous ceux qui ont un itinéraire semblable, car il est aussi riche et pertinent que n’importe quel autre. Il correspond facilement à un itinéraire d’un an (un an et demi) pour la plupart de ceux qui souhaitent partir.

D’ailleurs, nous étions convaincus d’avoir notre itinéraire « parfait ». On se disait qu’on verrait en route.

Quand on réalise qu’on a fait tout ça pour rien

Au bout d’un mois, ce n’était déjà plus le cas. Une extension de 15 jours en Mongolie puis une extension d’un mois en Chine … Autant vous dire qu’on ne rentrait déjà plus dans nos marges. 2  mois au Japon et nous étions complètement hors timing. Nous tombions dans les périodes de mousson en Asie et l’hiver arrivait en Nouvelle-Zélande.

Plus rien ne correspondait à nos plans. Plus rien sauf l’imprévu auquel on aspirait. Finalement, c’était ça notre itinéraire : suivre notre instinct !

Nous avons officiellement tout laissé tomber. Cette carte et ses délais n’existent plus que dans nos archives.

Prendre davantage le temps, faire des choix « à la dernière minute », être libre c’était tout ce qui comptait. Ainsi, nous avons ainsi découvert Taïwan et la Malaisie : 2 gros coups de coeur. Et faire le Cambodge pendant la mousson fut un des meilleurs choix de notre périple !

Un an après, nous sommes toujours en Asie et voici le trajet que nous avons effectué.

Et maintenant on en pense quoi?

Des regrets ? Aucun ! Guillaume et moi sommes maintenant sur la même longueur d’onde. Comme celle que j’étais avant de partir : tout est possible à partir du moment où on s’en donne les moyens.

Jusqu’à maintenant notre argent nous permet de subvenir à nos moyens, mais si nécessaire, on travaillera.

Est-ce qu’on verra tout ce qu’on souhaite ? Peut-être pas. Que ce soit pour une raison de budget, de mal de pays, de ras-le-bol général, nous sommes certains que le moment où nous devrons rentrer s’imposera de lui-même.

Si on veut une vie nomade, on se la créera.

La réalité c’est qu’on ne sait pas trop à quoi ressemblera notre futur. Adeptes de la philosophie « de vivre au jour le jour », nous la vivons pleinement. Elle a pris encore plus de sens depuis quelques mois.

J’écris cet article depuis la Malaisie où nous avons décidé de prendre quelques semaines de repos avant de repartir.

La suite ? On a bien une petite idée, enfin que dis-je ? On a PLEIN d’idées. Sûrement trop : on veut voir le monde entier, se poser, créer quelque chose …

Combien de temps durera notre voyage ? On ne se pose plus la question.

Ce n’est plus un voyage c’est un mode de vie qu’on maintiendra tant qu’on en a envie.

31 commentaires

  • Répondre
    14 août 2015

    Hello,
    Je partage cette philosophie du voyage ou plutôt la découverte d’un mode de vie nomade guidé par l’instinct et les impulsions du moment.
    On part le 20 septembre avec un bel itinéraire tout tracé qui ressemble un peu au vôtre de départ… ça c’est pour rassurer tout le monde 🙂 Mais vu qu’on a pris qu’un billet pour le Japon au départ, ça laisse le champ ouvert à 1 million de possibilités !
    Continuez en tout cas à vous faire plaisir et à écouter votre instincts et vos envies du moment !!! J’espère que nous aurons la lucidité d’en faire autant. C’est totalement déraisonnable mais que ça doit faire du bien !

    Grégory

    • Répondre
      Auteur
      14 août 2015

      « ça c’est pour rassurer tout le monde », j’ai souri en lisant cette phrase. J’avoue que nous aussi ça nous a bien rassuré au départ. Je serai difficilement parti sans, alors que maintenant je me demande bien à quoi il peut servir.
      Je vous souhaite aussi de vous écouter, mais sachez prendre le temps d’évoluer dans votre mode de voyage. Il se peut que ça mette un peu de temps, mais c’est pas bien grave au final. Le principal c’est de s’écouter.
      Et qui a dit que c’était déraisonnable ? ça sera pas nous en tout cas 😉
      Très bon voyage à vous 4, on se fera un plaisir de suivre votre aventure.

  • Répondre
    14 août 2015

    Chouette changement de planning, continuez à en profiter à fond !

    • Répondre
      Auteur
      15 août 2015

      Je confirme c’est un très bon changement

  • Répondre
    14 août 2015

    La façon de voyager évolue forcément avec l’envie et l’expérience. Certaines personnes ne sont pas aussi flexible et n’ont seulement q’un an, c’est dommage. Moi je suis parti depuis 11 mois et je ne sais quand je vais repartir, je viens tout juste d’écrire un article sur ce sujet, je me permet de mettre le lien ici : http://www.conseil-voyageur.fr/point-sur-mon-tour-du-monde/

    • Répondre
      Auteur
      15 août 2015

      Tu as tout à fait raison, les envies changent avec l’expérience. On savait qu’on évoluerait, mais pas à ce point là.
      Les personnes qui n’ont qu’un an font le choix de n’avoir qu’un an, pour un tas de raison tout à fait compréhensible d’ailleurs. Est-ce dommage, je ne sais pas, la question est de savoir ce qu’on y cherche à ce moment là, j’imagine.

      J’ai bien aimé ton retour sur tes 11 mois, pleins de points dans lesquels je m’y retrouve. voyager en immersion, diminuer les endroits touristiques, nos besoins ne sont plus aussi importants qu’avant et on vit avec moins d’argent aussi. Et on est pas moins malheureux bien au contraire.

      La vie est faite de choix et c’est peut-être une des plus belles choses que l’on ait, même si ce n’est pas toujours facile. Le voyage ne fait que les multiplier 🙂

      Bonne route à toi 🙂

  • Répondre
    14 août 2015

    Je rejoins votre pensée dans le sens où j’avais prévu de faire un tour du monde il y a déjà 3 ans, et bien je voyage encore et pas l’ombre d’un tour du monde, pourtant il était prévu, l’itinéraire, les vaccins et tous les préparatifs classiques. Désormais je ne prévois que le strict nécessaire et je vis le voyage pleinement,au fils des rencontres et des opportunités. Bonne continuation dans votre voyage.

    • Répondre
      Auteur
      15 août 2015

      C’est fou comme le voyage est aussi une école de la vie, on se lance dans un projet et on en sort transformé 🙂 C’est beau de lire que tu ne vis qu’avec le nécessaire et que tu prends les opportunités.
      J’avais découvert ton blog il n’y a pas longtemps et j’avais beaucoup aimé ta philosophie.
      Bonne continuation

  • Répondre
    15 août 2015

    Magnifique témoignage…Finalement, se laisser porter, il n’y a que ça de vrai 😉 !

    • Répondre
      Auteur
      17 août 2015

      Merci !
      En tout cas pour nous c’est le cas 🙂

  • Répondre
    15 août 2015

    Héhé, ça me rappelle des choses cette histoire de tour du monde classique 🙂 Coup de bol tout de même que vous n’étiez pas passé à la case billet d’avion tour du monde, sinon le changement de plan aurait été un peu plus compliqué. Bien joué en tout de vous être adapté à ce point à vos envies au fil du voyage !

    • Répondre
      Auteur
      17 août 2015

      Tu l’as déjà vu passé 😉
      Pour le billet d’avion, je crois qu’on a toujours été incapable de se projeter plus d’un mois en avance. Alors rien que l’idée de poser des dates 6 ou 9 mois avant nous semblait juste impossible!
      C’était plus simple de prendre au fur et à mesure, quitte à perdre un peu d’argent. Comme quoi on a écoutait déjà notre intuition 😀
      Mais tu as raison, ça demande une bonne dose d’adaptation.
      En tout cas merci pour ton commentaire 🙂

    • Répondre
      18 août 2015

      Je ne peux être que d’accord avec vous et avec Laurent ! Il vaut mieux ne pas avoir d’itinéraires précis, cela permet d’être ouvert à tout type d’opportunité et ne pas avoir de billet tour du monde permet de ne pas courir après la prochaine destination..

  • Répondre
    18 août 2015

    Salut à vous,
    On revient tout juste d’un tour du monde d’un an avec nos 3 enfants. On a fait exactement l’itinéraire prévu, dans les délais et tout. Ca s’est très bien passé, mais si c’était à refaire je ferais un peu comme vous, c’est-à-dire laisser nos envies nous guider le long du chemin. L’itinéraire, ça nous rassurait, ça donnait un sens au voyage, mais j’ai réalisé sur la route que l’on avait passé beaucoup de temps à tenter de construire le trajet parfait, quand il y a tant à voir et à découvrir peu importe où l’on se trouve. Bonne continuité.

    • Répondre
      Auteur
      18 août 2015

      Merci Eric pour ton retour d’expérience. Plus je rencontre de voyageurs, plus je réalise que beaucoup on cette impression de se retrouver pris dans un trajet et que s’ils devaient le refaire ils le feraient autrement.
      Mais comme tu le dis, un itinéraire ça rassure et mine de rien, il nous a fallu du temps pour reconnaitre qu’on avait complètement laissé tombé le notre.
      En tout cas, itinéraire ou pas, cela ne change rien au fait que le voyage a beaucoup à offrir 🙂

  • Répondre
    25 août 2015

    Excellent ! Actuellement en road trip on doit aussi changer nos plans (probleme de voiture, + de temps que prévu à tel ou tel point… bref ca décale tout) mais je suis sure que l’aventure sera toute aussi belle !
    Merci pour l’article 🙂

    • Répondre
      Auteur
      25 août 2015

      je ne doute pas que votre aventure soit autant exceptionnel 😉 Je crois surtout que c’est un état d’esprit : ne pas rester focaliser sur les problèmes et se dire que c’est une opportunité de voir autre chose.

  • Répondre
    31 août 2015

    Bravo d’écouter vos envies et d’écrire l’histoire au fur et à mesure : au moins vous vous inventez au fur et à mesure le voyage dont vous rêvez à l’instant présent !

    • Répondre
      Auteur
      1 septembre 2015

      Bonjour Nath,

      Merci, oui c’est exactement ainsi qu’on le voit. On invente notre quotidien en fonction de l’instant présent et pour l’instant ça nous réussi plutôt pas mal 🙂

  • Répondre
    21 avril 2016

    Dire que nous sommes tout doucement en train de planifier notre tour du monde… Je me dit que peut-être que nous devrions laisser un peu plus de place au hasard…

    • Répondre
      Auteur
      21 avril 2016

      Tomber sur cet article n’est peut-être pas un hasard alors 🙂
      Je pense surtout que ça dépend de chaque personne, certains ont besoin de planifier plus que d’autres, et puis ça dépend aussi beaucoup des objectifs et du temps qu’on se donne.

      Quoiqu’il en soit, on a tendance à conseiller à tout le monde de laisser de la place à l’improvisation.
      On vous suivra avec plaisir pour voir ou tout ça vous mène 😉

  • Répondre
    georges
    6 juin 2016

    quel bonheur cette lecture ! je réfléchis a un TDM a mon idée .. seul c’est la vie .. ma vie je suis dans la réflexion ou aller , partir a quel moment, ou comme vous me laisser porter fermer la porte a clé et ..carpe diem !
    bon vent belle initiative cordialement georges .

    • Répondre
      Auteur
      7 juin 2016

      Ce n’est pas moi qui peut vous dire quoi faire, mais je suis sur que si vous vous écoutez vous aurez les réponses à vos questions : tout quitter ou prévoir un voyage à durée déterminée. Bonne réflexion et surtout bon voyage !

  • Répondre
    Manon
    7 juin 2016

    Salut salut!!
    Avec une amie on a prévu de partir et on sait maintenant ou on veut aller! Mais j’aime cette idée de ne rien prévoir, de se laisser le temps dans chaque pays…
    d’où mes questions:
    – ça reviens pas trop chère d’acheter les billets d’avion au dernier moment?
    – d’ailleurs vous prenez vos billets à quel moment?
    – niveau logement vous vous débrouillez comment?

    En tout cas ça me donne envie de mettre mes chaussures et de partir sans date de retours!
    Continuez bien votre route et merci pour ce super article!
    Manon

    • Répondre
      Auteur
      7 juin 2016

      Bonjour Manon,

      Tout ce que je sais c’est qu’organiser est souvent une façon de se rassurer ou alors juste un moyen de cadrer un voyage lorsqu’on a une durée imposée.

      – Concernant le prix, guillaume avait calculé avant de partir et la différence n’était pas flagrante, et même si ça coûte quelques euros de plus ? Est-ce que ça ne vaut pas le prix de la liberté ?
      Nous avons payé 4000 euros en 18 mois en Asie, tout compris (assurance, 9 billets d’avion et matériel de qualité).

      – Nous prenions nos billets globalement un mois avant, nous avons privilégiez le volontariat et le slow travel, ce qui te permet une plus grande flexibilité. Car l’idée n’est pas de réserver au dernier moment, mais d’organiser ton départ aussi en fonction des prix. Il nous est arrivé de rester plus longtemps dans un volontariat (logé/nourri) pour pouvoir avoir un billet à prix correct.

      – les logements : comme je viens de le dire, la plupart du temps c’était en volontariat, sinon auberge de jeunesse, camping 🙂

      J’espère avoir répondu à tes questions, si ce n’est pas le cas, n’hésites pas à me redemander 🙂

  • Répondre
    Catie
    19 juin 2016

    Ces gens qui font des TDM m’ont toujours fascinée, je n’ai moi meme jamais osé de partir seule mais je pense me sentir prête d’ici 1 an le temps d’économiser. Je demandais avez-vous rencontré des difficultés au niveau des visa d’entrée dans certains pays en ne prenant qu’un billet aller ? Car il me semble que dans certains pays on ne vous délivre pas de visa si vous n’avez pas une date de sortie de territoire. Merci.

    • Répondre
      Auteur
      19 juin 2016

      Catie,

      Je suis persuadée qu’il y a un moment pour tout dans la vie et lorsqu’il tu seras prête tu le sauras 🙂
      Concernant les visas, il est vrai qu’il peut y avoir quelques complications, mais il y a TOUJOURS une solution.
      Pour la Chine : la possibilité de faire des faux papiers sans aucun risque existe. On peut aussi réserver des auberges, prendre des tickets de bus de sortie du territoire et il existe maintenant des sites internet où l’on peut louer des billets d’avion pour une dizaine d’euros.
      Pour la Malaisie, nous avions même fait un faux billet basé sur un vrai numéro de vol.
      Tout ça pour dire : à chaque problème sa solution, il faut juste les prendre une par une.

  • Répondre
    20 octobre 2016

    Salut le monde à 2 !

    Ça fait un petit moment qu’on doit vous écrire. On voyage en couple et nous sommes tombés par hasard sur votre blog il y a quelques mois. On y est retourné un peu plus tard et on a réalisé qu’on avait vraiment suivi vos traces sans faire exprès.

    Voilà 8 mois que nous sommes partis. Nous avons démissionné. La durée totale du voyage est d’environ 1 an.

    Il se trouve que nous avons beaucoup de points communs:
    On a fait la Mongolie et on a failli aller au Anak ranch. On a renoncé au dernier moment après avoir rencontré plusieurs personnes qui avaient eu une mauvaise expérience.  A priori ce n’est plus comme vous l’avez connu. Et puis on a vu aussi que vous étiez allé chez Sothy !  Encore une fois on l’avait contactée avant d’avoir vu votre article. On y était il y a 2 semaines, on a adoré.

    L’article qui nous a le plus fait « tilt » c’est lhistoire d’un itinéraire de tdm abandonné. On s’est vraiment reconnu dedans. Dès le début nous avons décidé de nous concentrer sur un continent, l’Asie et de passer au moins un mois dans chaque pays et surtout de ne rien réserver à l’avance. Le but étant de ne pas vouloir à tout prix tout faire (d’où le nom de notre blog http://www.prendreletempsblog.wordpress.com).

    Ah oui et autre chose drôle, nous habitions Orléans avant de partir mais Mathilde est originaire de Bordeaux et le plan est de revenir s’installer à Bordeaux au retour. Vous y êtes toujours ? Comment s’est passé votre retour?

    Au plaisir de vous lire et/ou de vous rencontrer !

    M&F
    Mathilde et Florian Articles récents…Le sud du CambodgeMy Profile

    • Répondre
      Auteur
      21 octobre 2016

      Mathilde et Florian,

      Merci pour ce message qui montre une fois encore qu’on a pas toujours besoin de tout planifier.
      Malgré l’unicité de tous nos voyages, certains retrouvent les mêmes valeurs, c’est bien ce que vous démontrez.
      Nous ne pouvons que vous encouragez à prendre le temps !

      J’ai cru comprendre qu’Anak Ranch a dû bien changé, même si ce n’était déjà pas un paradis à la base. Nous avions nous aussi eu de très mauvais échos en Mongolie, mais avions décidé d’y aller malgré tout.
      Et je suis heureuse de lire que le volontariat chez Sothy est toujours un plaisir, ça a dû bien changé là-bas aussi 🙂

      Pour répondre à vos dernières questions, oui nous sommes toujours à Bordeaux et planifions d’y rester au moins l’hiver, voire un peu plus. Nous n’avons toujours pas de projet à long terme 🙂
      Le retour à été (très) difficile pour moi, mais pour pleins de raisons personnelles qui se sont mélangées au choc du retour.
      Mais lorsqu’on accueille ce qui vient avec bienveillance, on passe à travers les épreuves en ressortant grandit.

      Quoiqu’il en soit, si votre chemin vous amène à Bordeaux, contactez nous !
      Nous serions ravis de vous aidez dans votre transition en parlant voyage et de notre belle ville 😉

      Bonne route à vous deux

  • Répondre
    28 octobre 2017

    Une philosophie superbe, je suis tout à fait satisfait en lisant votre article 🙂

CommentLuv badge