Logo le monde à deux

J’ai oublié les réseaux sociaux, j’ai oublié le blog et je vous ai oublié …

J’ai oublié les réseaux sociaux, j’ai oublié le blog et je vous ai oublié …

Depuis quand n’ai-je pas ouvert mon ordinateur pour autre chose que mater des séries, avachie sur mon canapé ou faire défiler les fils d’actualité de mes profils personnels ?
Depuis quand n’ai-je pas pris le temps de répondre aux mails et aux commentaires pourtant si gratifiants à mes yeux ?
Et depuis quand n’ai-je pas réussi à retranscrire mes pensées dans l’ordre pour arriver à pondre un article en bonne et due forme ?

Car quand je vous dis que j’ai oublié les réseaux sociaux, je parle bien des comptes associés à mon cher et tendre blog : Le monde à deux auquel je tiens plus qu’il n’y paraît.

Rien posté depuis des mois : pourquoi ?

Pourtant, je n’ai rien posté depuis des années, enfin je m’emballe, des mois déjà.

N’ai-je à ce point rien à partager ? Ma vie est-elle lasse d’informations croustillantes et de paysages verdoyants ?

Les événements se sont enchaînés et je le dis sans sourciller, je vous ai oublié.

J’ai tout d’abord pensé à m’excuser et à vous expliquer dans les moindres détails pourquoi ma vie sur Internet s’est simplement éteinte du jour au lendemain. Comment je suis passée d’un article par semaine au néant total. Et comment je gère le temps libre que la route ne me prend pas ?

Puis, je me suis demandée : pourquoi ?
Pourquoi devrais-je m’excuser de ne plus étaler ma/notre vie derrière cet écran ?

Pourquoi devrais-je me sentir mal de vous avoir mis à l’écart l’espace de ces deux mois ?

Pourquoi sous-entendrais-je que vous avez absolument besoin de savoir ce que je/nous devenons ?
Ne vous portez-vous pas aussi bien sans la dernière photo de notre dernier voyage, sans les dernières nouvelles croustillantes ou sans savoir où nous sommes actuellement ?
Alors, peut-être que certains d’entre vous se le demandent : et dans ce cas la réponse se trouve en page d’accueil de notre blog.

Pour ceux qui ont besoin d’en savoir davantage, ils se sont manifestés d’une manière ou d’une autre et leurs questions ont probablement obtenus leurs réponses.

Mais pour tous les autres ? Je suppose que vous saurez attendre la prochaine publication sans oublier qui se cachent derrière « le monde à deux ». Sans m’en vouloir de ne pas avoir suivi les critères dictés par les algorithmes et sans vous offenser de cette mise à l’écart.

Ou peut-être aurez-vous été séduits par d’autres voyageurs plus présents sur la toile ? Et dans ce cas, puis-je vous en vouloir ?

Cela n’a au fond pas tant d’importance, n’est-ce pas ? Ce blog c’est le mien et j’ai souvent été pris dans la menace des objectifs et des statistiques. J’ai parfois voulu en faire quelque chose de grand et de médiatisé.

Mais à quel prix ?

Aline isolée dans la forêt

Accepter de ne pas partager mon temps

Ma présence en France était plus que nécessaire pendant cette année et mon attention dans l’instant présent non partageable avec une vie en ligne.

J’avais déjà évoqué avec vous dans l’article « Bilan 2 ans après : bloguer et voyager, un équilibre précaire », cette difficulté à me diviser entre le moment présent et l’envie de tout retranscrire en temps réel. Mais aujourd’hui, j’ai dû faire face à d’autres questionnements et d’autres priorités.

Car cette année, nous l’avons traversé la France, du Nord au Sud et parfois même en diagonal. Probablement pas assez à mon goût et pas toujours pour les raisons que j’aurais aimées.

Il est vrai que j’en ai des dizaines de thèmes à partager et des articles en cours. Mais rien n’est encore prêt à être publié.

Car la question n’est pas de savoir ce que je peux ou doit partager sur la toile. La réponse à cette question s’impose d’elle-même le moment venu.

Mais plutôt : quand serais-je prête à écrire et à me mettre à nue ? Que ce soit des conseils de destinations, la retranscription d’un séjour de volontariat ou un article plus personnel : chaque écrit me demande de plonger en mon fort intérieur pour y trouver le ton juste dans un timing qui m’est propre.

Alors, oui je vous ai oublié.

Enfin, pour être tout à fait exacte, je vous ai oublié les premières semaines puis, je n’ai tout simplement pas pu vous contacter, pas tout de suite, pas encore. Trop frais, trop triste, trop difficile…

le monde à deux un arbre pleure
Les moments que j’avais à vivre m’étaient trop personnels et me demandaient trop d’attention pour pouvoir utiliser mon énergie à vous écrire, à vous vendre du rêve ou un quotidien qui parfois pourrait tendre à l’être.

Et je vous ai mis de côté, volontairement et nécessairement.

Je ne peux vous promettre un retour en fanfare tel que je l’aimerais, car ce n’est tout simplement pas moi.

Mes faux oublis ne sont pas du dédain, mais un besoin nécessaire pour continuer à faire vivre ce blog à mon image.

Et tant pis si les chiffres en pâtissent. Je sais que la plupart d’entre vous ne seront pas présents à mes multiples retours. Et puis si les chiffres subissent, à quels critères se comparent-ils ? Ceux des blogueurs influenceurs ?

Quand je suis sortie de mon sommeil virtuel, j’ai réalisé que nos statistiques n’étaient pas plus basses que dans mes souvenirs et que je pouvais déjà être fière de ce que j’avais accompli. Je pouvais tout simplement être heureuse de votre présence discrète et bienveillante.

Je suis et serai là par intermittence, comme je l’ai toujours fait. Je vous oublie pour mieux revenir, vous aimer et vous chouchouter comme j’aime le faire. Dans ces moments-là, je me sens plus honnête que jamais et mon esprit vous est alors entièrement dédié.

Je ne demande qu’un peu d’attente pour plus de présence.

Mots clés qui ont aménés sur cette page :

  • oublier les reseaux sociaux

8 commentaires

  • Répondre
    17 janvier 2017

    A très bientôt, alors ! 😉

  • Répondre
    19 janvier 2017

    Prends ton temps…Prends LE temps, et sache que j’aime te lire! <3
    Victoire Articles récents…Une nouvelle familleMy Profile

    • Répondre
      Auteur
      19 janvier 2017

      Merci pour ces doux mots 🙂

  • Répondre
    29 janvier 2017

    Peu importe les chiffres, le principal c’est de rester fidèle à toi même 🙂 J’ai eu pas mal de questionnements moi aussi et un article tous les 3 mois c’est du grand n’importe quoi… Mais bon peut-être que si ça marche comme ça, sans rentrer dans les cases du parfait blogueur, c’est pas si grave, du moment que ça reste du plaisir !
    Bises à vous 2 😉
    Claire Articles récents…Vue sur les vallées du parc national d’Arthur’s PassMy Profile

    • Répondre
      Auteur
      31 janvier 2017

      Tu as complètement raison.
      Je trouve ça fou que nous sommes aussi nombreux à passer par tous ces questionnements. Alors que restez nous-mêmes ne devrait même pas être remis en question.
      Enfin, le principal c’est de retrouver son chemin.
      J’espère que vous profitez bien du soleil Australien ! Bises à tous les 2 aussi

  • Répondre
    17 février 2017

    Salut vous deux! C’est marrant de tomber sur votre article, je me demandais justement ce que vous deveniez… Je comprends votre réflexion et me retrouve tellement dans vos lignes. J’avais arrêté de bloguer pendant mon voyage pour en profiter au maximum, mais aussi parce que je m’étais rendue compte que cette aventure était personnelle, que je la faisais pour moi et que je n’avais pas forcément envie de tout partager, de me mettre à nu. Et oui écrire mobilise beaucoup de ressources intérieures.
    A mon retour, ça a été pire. J’avais une boule dans la gorge dès que je repensais à tout ça…
    Mais ça y est, je m’y remets doucement et réussis à penser à mon grand périple sans avoir les larmes aux yeux. Je suis enfin prête à partager mon expérience plus sereinement. Et sans me faire happer par la course aux statistiques qu’on voit sur les réseaux sociaux… Je ne pensais pas que ça deviendrait une bataille de rester moi-même…

    Au plaisir de vous relire très vite!
    Magali Articles récents…Conseils pratiques pour voyager en IranMy Profile

    • Répondre
      Auteur
      17 février 2017

      Merci Magali pour ces nouvelles,

      Ta dernière phrase est tellement juste : c’est fou de voir que de rester soi-même en devient une bataille. ça semble tellement simple d’ouvrir un blog et de raconter sa vie à des inconnus et pourtant la réalité est tout autre pour certaines personnes dont nous semblons faire parti !
      Mais le principal c’est de s’écouter, même si ça prend du temps.

      Le retour d’un voyage au long court semble avoir ses péripéties, je n’en ai pas encore parlé à coeur ouvert sur le blog, mais ce fût une période très douloureuse pour moi. Je suis donc contente de lire que tu as terminé cette épreuve et que tu es prête à te replonger dans ton périple tout en y savourant chaque souvenir.
      Bon voyage, car l’écriture te permet d’y retourner un peu. En tout cas, c’est mon cas !
      Au plaisir de te lire 🙂

CommentLuv badge