Logo le monde à deux

Pourquoi j’ai détesté le Vietnam (du Sud)

Pourquoi j’ai détesté le Vietnam (du Sud)

Nous étions peu attirés par le Vietnam et sans explication rationnelle, nous aurions pu l’éviter sans regret. Mais ses paysages idylliques et la fameuse Baie d’Hạ Long ont pris le dessus sur notre intuition.

Après avoir passé finalement quatre mois dans le sud avec des locaux, voici pourquoi j’ai détesté le Vietnam.

riviere des fees mui ne vietnam

Arrivée chaotique

À peine arrivés sur le sol Vietnamien, le chauffeur de bus nous avait déjà escroqué de quelques euros. Notre premier trajet a ressemblé à une course folle, dans un bus bondé qui laissait s’agglutiner les locaux en repoussant sans honte les étrangers.

Rapidement perdus, personne n’a voulu répondre à nos questions, heureusement que le GPS a fini par se montrer plus loquace.

temple cao dai tay ninh vietnam
L’arrivée chez nos hôtes Vietnamiens auraient pu adoucir ces premières heures chaotiques, mais c’était sans compter sur une demande d’argent surgie de nulle part dans le but de payer un repas qui nous avait été servi comme une invitation.
Il ne faut pas s’arrêter à si peu me direz-vous ?

Effectivement, une différence culturelle à vite fait de s’immiscer sans prévenir, nous avons donc payé sans rechigner et sommes allés nous coucher pour reposer nos corps bien fatigués.

plage phu quoc vietnam

Le Vietnam nous montre son visage

Le Vietnam commençait tout juste à nous montrer son visage. L’argent fait partie de leur quotidien et je dirais même plus, il mène leurs vies. Tout est une question d’apparence, les maisons sont vides de tout. On dort au sol, mais le dernier téléphone hors de prix s’exhibe de la poche d’un pantalon dernier cri.
L’argent était à toutes les bouches et chaque discussion finissait généralement par le prix d’un loyer ou d’un salaire. Vous imaginez bien que cela donne rarement des conversations prometteuses et intimes.

Un jour un touriste comme nous, habitué de ce pays, nous a affirmé en souriant :

“C’est le Vietnam !”

fleur papillon vietnam

Un Vietnam qui nous a arraché nos 2 ordinateurs, volé 2 mois d’écriture et délesté d’une centaine d’euros. Un Vietnam aux mœurs corrompues qui nous a menacé d’expulsion car nous insistions pour avoir des papiers officiels de vols… Un Vietnam qui refusait de nous croire et qui cherchait à nous arnaquer.

Seuls quelques billets glissés sous la table ont permis de l’amadouer pour récupérer nos justificatifs.
Une fois de plus, on s’entendra dire de la part du gérant de l’hôtel un peu honteux :

« C’est le Vietnam … »

bateaux port phu quoc vietnam

C’est le Vietnam à tel point que le vol devient une normalité.
Si vous payez le prix fort, la police retrouvera en une journée l’objet volé et passera dans le journal dès le lendemain matin.
C’est le Vietnam, à tel point qu’une fille nous a naturellement dit qu’elle piquait dans la caisse de son patron et qu’une autre nous a expliqué que « les voleurs sont intelligents car ainsi ils n’ont rien à payer » !

C’est vraiment ça le Vietnam ? Des locaux rarement souriants, une indifférence à peine masquée des travailleurs que nous croisions à longueur de temps. Même un bonjour dans leur langue maternelle ne les faisait que très rarement réagir.

Effectivement, si nous ne nous pavanions pas avec les billets sous leur nez, nous étions tout de suite moins attirants.

pagode phu quoc vietnam

Le Vietnam c’est aussi des plages qui regorgent de déchets et de rues polluées. Des gens non éduqués à ce fléau qui détruit la terre sous nos yeux. Et nos hôtes qui nous expliquent que l’éducation ici : « bah ça fonctionne pas ».
J’aimerais vous dire que c’est le Vietnam, mais pour être honnête cette partie là, elle concerne malheureusement toute l’Asie.

The waste collection site on Phu Quoc Island #phuquoc #vietnam #asia #tdm

Une photo publiée par Le monde à deux (@lemondeadeux) le


Mais revenons à notre situation.

Le Vietnam c’est demander 8h de travail à des bénévoles pendant 15 jours, sans un jour de pause et en oubliant parfois même de les nourrir. C’est aussi travailler avec des outils de basse qualité quitte à se mettre en danger. D’ailleurs, le danger est partout. On coupe des arbres à moitié et on ne sait jamais quand ils vont se décider à tomber, qu’on soit dessous ou pas d’ailleurs. On construit une maison sur un sol en pente quitte à ce que tout s’écroule avec un bénévole en dessous (véridique)…

Notre hôte Thuy nous a répondu en explosant de rire :

« C’est le Vietnam ! « 

construction resort volontariat vietnam

Ici on agit, on gueule et on réfléchit après. Je suis devenue folle face à leur désorganisation constante. Ici on ne communique pas, quand un problème se présente, on le contourne. Surtout si ça coûte de l’argent.
On passe des heures à préparer des illustrations pour les touristes mais tout est éparpillé dès la première présentation.

On s’épuise à bêcher pour planter fleurs et plantes pour les abeilles mais tout est détruit en quelques minutes pour installer un tuyau…
Les expats nous répondent toujours avec un sourire mi-amusé, mi-blasé :

« Hé oui, c’est le Vietnam… »

bee farm phu quoc vietnam
Volontariat dans une apiculture sur l’île de Phu Quoc

Un Vietnam fidèle à lui-même

Un Vietnam que je commence à détester… Détester pour toutes ces choses et tellement d’autres, mais je constate surtout que je hais le Vietnam pour l’effet qu’il me fait.

Il a ce pouvoir de me confronter à moi même si brutalement. Fier de lui, il ne s’est jamais démonté.

Alors que je prenais ça pour de la frime, il était pourtant d’une humilité qui m’a échappé.

Moi qui clamait haut et fort combien je suis ouverte d’esprit, je me suis vue juger et critiquer leurs modes de vie comme si le mien était un modèle à suivre. Le Vietnam c’était ça : un rappel constant qu’il assumait ses défauts tout en se moquant ouvertement de moi :

Je suis le Vietnam et je suis ainsi que tu le veuilles ou non !

Une énorme claque qui m’a fait réaliser que j’affrontais une part de moi qui ne me plaisait pas et que face à cette déception, c’était peut-être à moi de partir.

Après 18 mois de voyage et cette fatigue psychologique, le nord du Vietnam et le reste du monde attendra.

2 semaines et 3 avions plus tard, nous étions de retour en France.

24 commentaires

  • Répondre
    25 octobre 2016

    Waw, nous sommes au Laos et on hésite à aller au Vietnam dans 2 mois après tout ce qu’on entend dessus. Tu ne fais que confirmer ce que l’on craint…
    Bonne continuation en France et bon prochain voyage parce qu’il y en aura sûrement un dans pas longtemps !
    PF Articles récents…Hsipaw et les villages des montagnesMy Profile

    • Répondre
      Auteur
      25 octobre 2016

      Bonjour PF,

      Nous avons entendu autant de bons retour que de mauvais sur le Vietnam, comme quoi tout est subjectif. Il parait tout de même que le Sud serait moins accueillant que le Nord.
      En tout cas, quelque soit votre décision, il y aura toujours du bon et du moins bon, comme dans tout voyage !
      Bonne route à vous quel qu’en soit la direction 😀

    • Répondre
      Ben
      28 octobre 2016

      Bonjour,
      J’ai lu l’article et je pense qu’il y a un mixte de mal chance et de choc culturel mal digéré.
      Personnellement, je suis allé au Vietnam et j’ai beaucoup aimé. J’ai trouvé que le pays était très simple à visiter. J’en garde un très bon souvenir.
      Tout n’est pas rose n’ont plu. Comme beaucoup de pays, ils faut négocier constamment et faire attention à l’arnaque. Toutefois à aucun moment je me suis senti en insécurité.
      Comme beaucoup de pays, en dehors des chemins battus, on peut voir des lieux remplis d’ordures (vu egalement au Sénégal, à Cuba etc… ). Certain pays n’ont pas les moyens de les collecter et de les vendre à d’autres pays pour les enfouir.
      Enfin, comme beaucoup de pays, ils attendent pas le touriste à bras ouverts. Déjà il faut passer la barrière de la langue. Mais je fais de belles rencontres avec des guides très simpas et des personnes en soirée.
      Personnellement, je conseille cette destination où l’on peut voir des temples et des paysages magnifiques et où l’on mange très bien.

      • Répondre
        Auteur
        28 octobre 2016

        Bonjour Ben,

        Je pense que tu résumes bien mon sentiment : un mixte de malchance et de choc culturel mal digéré.
        Mais quand tu passes 4 mois à manger, travailler et vivre au quotidien avec eux et que finalement il n’y a que ça qui ressort c’est difficile de passer au dessus.
        Le pays est magnifique et je ne le déconseille pas, simplement ce n’était pas pour moi à ce moment de ma vie.

  • Répondre
    26 octobre 2016

    Wahou, ça c’est un portrait à charge qui finit bien quand même!
    Bravo pour ta conclusion surtout.
    C’est vrai que la remise en question est parfois difficile mais être capable à la fois de le faire et surtout d’en parler à d’autres, c’est preuve d’une grande humilité je trouve.
    En espérant lire vos prochaines aventures bientôt.
    Marie

    • Répondre
      Auteur
      26 octobre 2016

      Bonjour Marie,

      Ton commentaire me montre que j’ai réussi à faire passer mon message et je te remercie d’avoir pris le temps de le partager.
      Je te souhaite pleins de beaux voyages « réels ou immobiles » avant de vivre toutes les (mes)aventures auxquelles tu aspires !
      Bonne mise en danger et bonne route 🙂

  • Répondre
    28 octobre 2016

    Bonjour Aline,
    Ah oui c’est vrai que lorsque nous sommes en voyage les remises en question peuvent être parfois violentes. Nous on a au contraire adoré le Vietnam mais nous avons par contre ressenti de grandes difficultés avec la Chine. Je crois aussi que parfois on passe un peu « à côté » du pays pour pleins de raisons… quoiqu’il en soit l’important est cette capacité de se remettre en question et d’oser regarder comme tu l’as fait. Merci pour cet article
    Karine Articles récents…Un jour en voyage, j’ai fait un marathon de 56 heures en Inde!My Profile

    • Répondre
      Auteur
      28 octobre 2016

      Merci Karine pour ton retour,

      Je suis heureuse de lire que vous avez aimé le Vietnam, comme tu l’as compris mon article n’avait pas pour but de « démonter » ce pays.
      Ah la Chine, elle nous a réservé quelques surprises aussi, notre arrivée là-bas avait été difficile pour nous aussi, mais contrairement au Vietnam, elle a accepté de nous montrer une autre facette.
      Ou alors à l’époque j’étais moins fatiguée et plus à l’écoute de ce qu’elle avait à nous offrir 😉
      Au plaisir de te lire sur la toile.

  • Répondre
    28 octobre 2016

    J’avais eu un choc assez similaire, mais finalement j’en garde un très bon souvenir. Pour moi c’est un jeu avec des règles différentes, que j’expliquais ici https://datsusarasuru.wordpress.com/2016/05/01/le-jeu-de-la-vache-qui-rit/

    • Répondre
      Auteur
      28 octobre 2016

      Bonjour,

      J’ai pris le temps de lire ton article qui m’a rappelé beaucoup de souvenirs tu t’en doutes 🙂
      Tu as bien raison, je suis rentrée dans un jeu différent que je n’étais pas prête à jouer.
      Mais je crois aussi qu’il faut être prêt à reconnaître ses limites. Je sais m’adapter, mais le Vietnam n’était tout simplement pas pour moi 🙂

  • Répondre
    28 octobre 2016

    Après plusieurs voyages au Vietnam, je ne démords pas de penser que cette population, à l’image des chinois, a subit un communisme qui a meurtri les âmes et a dicté que le fric était devenu, à tout prix, le nouveau moyen de vivre mieux, au dépriment des autres qu’ils soient étrangers ou non. Le respect n’est plus une valeur vietnamienne, les boat-people des années 80 peuvent en témoigner trop facilement. Le boycott touristique de ces nations n’est malheureusement pas la solution la plus efficace. En tout cas je n’y retournerai plus.

    • Répondre
      Auteur
      28 octobre 2016

      Bonjour Bruno,

      Merci pour ton commentaire, dur et assez triste mais je suis pourtant d’accord avec toi.
      On a aussi senti que l’histoire de ce pays a des répercussions qui ne sont pas très agréables à côtoyer.

  • Répondre
    28 octobre 2016

    Hello. Je suis triste de lire votre article. J ai passé un mois au Vietnam ey je n’ai trouvé que gentillesse, attention et bienveillance ( a l exception d’un guide dans le delta du Mékong)
    J’ai appris quelques mots de Viet avant de partir et les locaux étaient touchés et amusés de mes efforts…
    C’est dommage que vous n’ayez pas vu le Vietnam dans sa splendeur et la gentilesse qui le caractérise…

    • Répondre
      Auteur
      29 octobre 2016

      Et moi je suis ravie de lire ton commentaire. Chaque expérience est unique et j’aime lire les positives des autres voyageurs.
      Ce n’était probablement pas le bon timing pour nous, mais cela ne m’a pas empêché d’en tirer une bonne leçon 🙂

    • Répondre
      Gwen
      3 décembre 2016

      Un guide à cai be?

      • Répondre
        Auteur
        14 décembre 2016

        Nous n’avons pas été à Cai Be, je ne pourrais donc pas répondre à votre question

  • Répondre
    16 novembre 2016

    Très bel article dans lequel je ressens clairement tes émotions. Il y a de son temps pour tout et encore plus en voyage. Comme je te comprends lorsque tu parles de fatigue… dans ces moments là nous ne sommes plus après à nous adapter et la prise de recul que tu as eu était vraiment nécessaire.

    Puis parfois, on passe à côté d’un pays mais c’est comme ça, toutes les expériences sont différentes et la votre était riche en émotions !

    Bonne continuation
    Laure Articles récents…Carnet n°31 – 6 jours dans l’Amazonie bolivienne, de la selva à la pampaMy Profile

    • Répondre
      Auteur
      16 novembre 2016

      Merci Laure pour ton retour,

      Il me touche d’autant plus que certains commentaires m’avait fait douter de la tournure de mes phrases. Peut-être n’avais-je pas réussi à faire passer mes vraies émotions ?
      Mais tes mots me confirme que non 🙂

      Bon vent les amis !

  • Répondre
    20 janvier 2017

    Je n’ai pas l’habitude de laisser des commentaires mais la ton article me pousse à réagir. J’aime beaucoup la manière dont tu présente les choses et je dois avouer que votre expérience est vraiment pourris, si ça avait été pareils pour nous je pense qu’on aurait eu le même avis.
    Ce que j’ai particulièrement aimé au travers de ton article c’est le recul que tu prends dans ta conclusion, ça fait du bien de lire ce genre de chose.
    Bon après le Sud c’est quand même moins bien que le Nord niveau échange. Mais quand on voit les photos indépendamment du texte on a envie de partir 🙂
    Mais par contre avoir tenus 4 mois dans ces conditions c’est un truc de fou. Vous auriez dû partir avant…
    Si vous y retournez faites le Nord, les montagnes, découvrez les ethnies, etc car cette partie est sans aucun doute à couper le souffle. Je te laisse un lien sur la région de Ha Giang l’une des plus belle région d’Asie, en espérant que ça vous fasse changer d’avis 🙂
    https://gatoi.com/ha-giang-boucle-a-moto-nord-vietnam/
    Joffray Articles récents…Adopter un petit Wombat !My Profile

    • Répondre
      Auteur
      20 janvier 2017

      Bonjour Joffray,

      Merci pour ton commentaire et pour ton avis sur cet article.

      Je ne me suis pas étalée sur toutes les raisons qui nous ont poussé à rester aussi longtemps, mais au delà des côtés pratico-pratiques, je suppose que nous espérions un retournement de situation et je n’avais à l’époque pas évalué la fatigue émotionnelle qui me tiraillait.
      Les photos sont bien là pour adoucir des propos parfois durs et j’ai cru comprendre que le Nord est effectivement bien différent.
      Quoiqu’il en soit, nous restons ouverts à tous commentaires et je vais aller lire ton article avec plaisir 🙂

  • Répondre
    Estelle
    25 janvier 2017

    Coucou,
    Avec mon mari, nous comptions faire un voyage au Vietnam cette année. Cependant, je commence à me poser des questions après avoir lu ton article. Merci pour ce partage.
    Au revoir

    • Répondre
      Auteur
      25 janvier 2017

      Bonjour Estelle,

      Merci d’avoir pris le temps de lire mon texte 🙂
      Le but de mon article n’est pas de démotiver les voyageurs à se rendre dans ce pays, mais plutôt à se questionner.
      Nous avons eu principalement des galères, mais si le Vietnam avait été notre premier pays et si je n’avais pas eu cette fatigue intense et si j’avais rencontré une seule personne différente qui aurait tout fait changé ?
      Tout est toujours subjectif et ce que je sous entend, c’est que cette expérience aurait pu arriver de partout 🙂

  • Répondre
    23 février 2017

    Parfois, on dirait que les étoiles ne sont simplement pas alignées pour que ça se passe bien. Au moins, vous avez quand même tenté, même si ce n’était pas un intérêt à la base!
    « Ici on ne communique pas, quand un problème se présente, on le contourne » oui, ça c’est bien un problème que j’ai toujours du mal à surmonter même si j’habite au Pérou depuis 3 ans 😛
    Leslie Articles récents…Chapka Assurance: Avis de voyageursMy Profile

    • Répondre
      Auteur
      24 février 2017

      Effectivement, j’aurais pu le dire de la même manière : les étoiles ne se sont pas alignées pour une raison ou pour une autre. Mais avec le recul, je crois que je comprends le message que toute cette expérience m’a transmise.
      3 ans et tu n’as toujours pas réussi à accepter leur façon de gérer le problème 🙂 Je peux comprendre.

CommentLuv badge