Logo le monde à deux

Mont Emei : 60000 marches, tout petit challenge …

Mont Emei : 60000 marches, tout petit challenge …

Il y a des moments dans un voyage où on se dépasse, parfois moralement et parfois physiquement. Pour moi, l’ascension du Mont Emei fut l’un de ces moments. Il y en aura bien d’autres, mais celui-ci reste gravé dans ma mémoire comme un des premiers gros challenge physique.

Nous sommes partis, comme à notre habitude, sans vraiment savoir dans quoi nous nous embarquions. Mais je pense sincèrement, que notre ignorance nous a permis d’aller jusqu’au bout en un temps record pour nous.

Pourquoi le Mont Emei ?

La Chine regorge de magnifiques endroits à visiter, alors pourquoi le Mont Emei?

Il y a, selon nous, plus d’une raison pour visiter le Mont Emei :

– Tout d’abord, le Mont Emei fait partie des montagnes sacrées, c’est le premier lieu où le bouddhisme s’est établi sur le territoire chinois et c’est à son sommet qu’a été érigé le premier temple Bouddhiste : Huazang.

Pour ces nombreux temples, le temps Huazang n’est que la cerise sur le gâteau, tout au long du trajet vous traverserez plusieurs temples où vous pourrez même y passer la nuit. Certains sont vraiment magnifiques.

Pour ses paysages à couper le souffle : le site comprend une végétation d’une richesse exceptionnelle, des forêts à perte de vue où l’on se sent tout petit.

singe sauvage et vue du mont emei

– Pour ses singes semi-sauvages ? Je ne suis pas certaines de ce dernier point, les singes sauvages méritent le coup d’oeil, mais ceux nourrit à grand renfort de touristes sont devenus pour moi à éviter. Agressif et voleurs… une pâle conséquence du tourisme de masse.

L’intégration de l’élément humain est fait avec subtilité. Exception faite de la toute dernière partie où hôtels et magasins représentent le tourisme de masse.

– Et puis dernier point non négligeable, pour le challenge ! 3000m d’altitude et 60000 marches pour arriver au sommet et en redescendre représente un parcours qui peut s’avérer un vrai défi en fonction du temps qu’on lui consacre. Mais quoi de mieux que d’admirer la vue et le temple là-haut après avoir gravit toutes ces marches. Mais donnez vous du temps.

Visiter le Mont Emei

Pour visiter le Mont Emei, plusieurs choix s’offrent à vous : suer un peu en s’isolant dans la Nature ou payer le prix cher au milieu des touristes. Car oui, comme tout endroit touristique en Chine, il y a toujours des raccourcis (bus ou téléphériques) pour faciliter/raccourcir le trajet mais qui gâche, selon nous, tout le plaisir.

Donc pour ne pas changer, nous n’avons pas fait dans la demi-mesure, nous sommes partis depuis le point le plus bas pour arriver au sommet et tout cela en deux jours avec nos affaires de camping sur le dos.

Nous basant sur les blogs et les cartes (qu’on trouve dans tous les hôtels), nous avions à l’esprit d’arriver au sommet par nos propres moyens en passant une première nuit en tente et la deuxième dans un temple sur la route. Puis éventuellement de redescendre en bus, en fonction de notre fatigue.

Les premiers kilomètres sont inutiles au possible, vous serez le long de la route goudronné, puis sur un sentier sans intérêt… Franchement, je ne suis pas forcément pour prendre les bus… mais la première partie n’en vaut vraiment pas la peine. Elle nous a gaspillé pas mal d’énergie et plusieurs heures de marche.

À moins que le défi ou les économies vous intéressent, je vous conseille de prendre un bus jusqu’à la première entrée officielle. Vous ne manquerez absolument rien ! Et puis une fois passée, le chemin est balisé, il est impossible de s’y perdre.

Jour 1

le monde a deux pret a gravir le mont emei

Après ce début laborieux, on déborde toujours d’énergie et passé le check in, on commence à gravir ces marches qui s’avéreront interminables le jour d’après.

singe semi sauvage et agressif du mont emeiOn passe par le chemin des singes (obligatoire malheureusement) où les premières attaques de macaques ont commencé. Heureusement, des locaux sont là pour les « contrôler ». Ils sont tellement habitués aux humains qui les nourrissent qu’ils viennent maintenant se servir directement dans les sacs (ils vont même jusqu’à prendre les appareils photos etc…). Plus loin, Guillaume esquivera même une attaque de 3 singes qui ont bien montré les dents… Bref, un passage qui comme vous l’avez compris ne nous a pas vraiment enchantés…

Nous avons donc continué notre chemin, avec mes 6 kilos sur le dos (et bien plus pour Chocho…), sous les regards insistants des touristes chinois, surpris de voir deux blancs autant chargés. Au-delà des regards chinois, nous avons profité de quelques points de vue sympas, de pauses auprès de la rivière.un temple sur le mont emeiles chemins du mont emei
spot pour camper sur le mont emeiÉtant parti à 13h, nous n’avons marché que 5h et nous avons trouvé un toit pour poser la tente : une sorte d’abris pour un magasin était vide et à très bien fait l’affaire. Il était temps, le soleil commençait à se coucher et nous n’avons pas tardé à en faire autant.

La première nuit sera de courte durée, l’altitude, l’heure précoce, le bruit de l’eau, des oiseaux, des branches cassées et des singes qui ne rodaient pas bien loin ne m’ont pas aidé à fermer l’oeil. Ce n’était que le début du camping sauvage pour moi et je n’étais pas encore très à l’aise.

Jour 2

Le réveil a sonné à 5h du matin, nous avions mal calculé car le soleil était loin de se lever. Une chose est sur c’est qu’on n’a dérangé personne. C’est donc toujours motivés que nous avons repris la route, les lampes frontales allumées pour les 30 premières minutes.
gravir le mont emei de nuit
On a grimpé en silence, on se motivant l’un l’autre pour trouver le courage d’affronter ces marches infinies.

Ce n’était plus les singes que nous croisions sur la route, mais des ânes en sueur et abimés par le poids porté (surement pour acheminer les provisions). Ça peut paraître anodin, mais sur des chemins de marche aussi raide et étroit, croyez moi ça fait un drôle d’effet.
des anes sur le mont emei
Mais passé cela, les paysages de cette deuxième journée ont juste été saisissants, malgré le chemin balisé, on se sent perdu dans le Nature. On ne croise que très peu de personnes et les temples sont magnifiques. Malgré la fatigue et de nombreuses pauses, nous apprécions les vues qui s’offrent à nous. Nous avons l’impression de surplomber une immensité.
un temple au sommet du mont emei vue au sommet du mont emei
Nous sommes arrivés fier de nous à l’avant-dernière étape, là où commence le téléphérique où nous avions prévu de passer la nuit (Jieyn Hall). Mais lorsque nous sommes arrivés nous avons été submergé par la foule de touriste et le bruit. Après le calme des jours précédents, il était hors de questions que je me pose ici pour y passer la nuit. Ce brouhaha était en total contradiction avec l’idée que je pouvais avoir d’un temple sur une montagne sacrée.
les touristes au telepherique du mont emei
Il devait être environ 14h, nous avons donc pris la décision de continuer et d’arriver au sommet dans la journée. Je crois que c’est à ce moment-là que le vrai défi à commencer. Nous avions déjà 9h de marche dans les pattes et la dernière partie est surement la plus raide.

Mais nous avons réussi, passé l’arrivée du téléphérique remplie d’hôtel et de restaurant touristique en tout genre, nous avons mis quelques couches supplémentaires de vêtements pour affronter le froid rencontré au sommet et pris le temps d’apprécier la vue, le temple et le Bouddha magnifique. Le ciel n’était pas bleu, mais nous avons eu de la chance, la vue était assez dégagée et la brume ne couvrait pas le Bouddha.
le bouddha du mont emei la vue du sommet du ont emei
Le soleil commençant à décliner nous avons fait quelques pas en arrière pour trouver un endroit pour planter la tente une dernière fois : un recoin au bord de la route sous les arbres.

Jour 3

Réveiller à 6h du matin, par les cris des  premiers touristes arrivant pour le lever du soleil.  Nous avons fait le retour à contre-sens d’une masse de touristes impressionnante. On est gratifié plusieurs fois de grands sourires, de pouce en l’air. Dans leur yeux, un mélange d’admiration, d’incompréhension, de jalousie et d’envie face à nos sacs sous-entendant le camping. Mais dans tous les cas, peu restent insensibles à notre passage.

Pour finir, j’aurai aimé rentré à pied, mais honnêtement nous étions trop épuisés 17h de marches en 2 jours, nous avons donc pris le bus pour rentrer et nous poser à l’auberge.

Et voilà, ici se termine l’aventure de notre premier trek en duo, dont je pense nous pouvons être fier. Malgré la pluie, les marches, les singes, une tente et un réchaud défectueux, nous sommes toujours en vie. À l’hôtel, fatigués mais vivant.

Informations pratiques

Logement à Baguo

L’auberge de jeunesse Teddy Bear est surement la moins cher et la plus populaire chez les backpacker, mais honnêtement ça a été une grosse déception. Je pense qu’ils savent qu’ils ont des pris compétitifs, du coup, ils se foutent de leur clientèle. Polis certes, mais ils en avaient rien à foutre de nous.

Nous avons largement préféré l’accueil de l’hôtel juste à côté, où nous avons passé la première nuit. Certes un peu plus cher et ne parlant pas un mot d’anglais, mais ils ont toujours eu de grands sourires et se sont pliés en quatre pour nous aider à avoir notre visa (ils nous ont payé le taxi et le bus et nous ont accompagné là-bas).

Camping sauvage au Mont Emei

Il n’est pas officiellement interdit de camper, d’ailleurs de nombreux touristes chinois ont bien compris nos intentions et nous ont félicité à plusieurs reprises. La réalité, c’est que les chemins sont très balisés et étroits, il n’y a aucun spot classique d’herbe fraiche pour  poser votre tente. Les seuls endroits que nous avons trouvé sont sous les portes qu’on trouve parfois sur la route ou alors à la place de magasins qui ne sont pas là ou pas ouvert ce jour-là.

Sur la fin du parcours, vous trouverez des espaces plus appropriés, sous des arbres par exemple. Dans tous les cas, il vous faudra une tente autoportante.

Comme tout camping sauvage, respecter l’environnement et levez-vous tôt pour ne dérangez personne.

Nourriture / Repas

Sur le trek, vous trouverez de l’eau et de la nourriture mais comme partout, loin de tout les prix ont flambé (il faut dire qu’il l’achemine à dos d’âne … on a croisé les pauvres bêtes dans les escaliers en sueur et abimés). Nous avions pris de quoi manger un minimum et 4 bouteilles d’eau plus des micropures (ne faites pas confiance à l’eau en Chine…).

Tarif

Entrée du Mont Emei : 185 yuans pour 2 jours par personne (90 yuans avec la carte étudiant ou carte vitale)

Nuit dans un temple : comptez 50 yuans pour un dortoir environ

Bus de retour  : 50 yuans pour environ 1h30

Batons de marche

Ils sont vraiment recommandés. Si vous n’en avez pas, ils prêtent des morceaux de bambous qui font très bien l’affaire. Ils vous serviront aussi pour vous protéger des singes. Cela nous a bien servi en tout cas.

Equipement

Prenez des vêtements chauds, au sommet il y a du vent et il fait froid.

Organisation

Rien ne vous oblige à marcher autant en si peu de temps ! En partant plus tôt le premier jour, vous aurez le loisir d’étaler vos heures de marches.

Sans prendre les raccourcis, l’ascension du Mont Emei demande une certaine condition physique, donc prévoyez au moins 2 nuits pour profiter de cette montagne sacrée.

Mots clés qui ont aménés sur cette page :

  • mont emei itineraire

7 commentaires

  • Répondre
    21 juin 2015

    Ouah, ces photos donnent envie d’y aller !

    • Répondre
      29 juin 2015

      Merci. Peut-être une idée de destination ? 🙂

  • Répondre
    7 juillet 2015

    Superbe rando, mais en effet bien physique ! Je crois que j’essaierai pour ma part d’étaler les heures de marche, sous peine de rébellion de mes genoux 😉
    Petite question, je lis en fin d’article qu’il y a une réduction avec la carte vitale, c’est une coquille ou vraiment, si on sort notre petite carte verte on paye moins cher ?!!!
    Bonne continuation ! 🙂
    Aurélie Articles récents…D’Oslo à Bergen, voyage sur une ligne ferroviaire mythique…My Profile

    • Répondre
      7 juillet 2015

      Oui, à refaire nous étalerions les heures aussi. Pour ce qui est de la Carte Vitale, nous avons entendu dire partout en Chine qu’elle pouvait passer pour une carte étudiante et donc avoir 50% de réduction dans la plupart des sites touristiques.
      Nous ne l’avions pas avec nous mais ça ne coute rien de tenter 😉

  • Répondre
    Fabien
    3 octobre 2016

    Ca donne vraiment envie! On sera au Sichuan dans 3 semaines on a hâte!

    Pour l’entrée du Mont Emei tu as marqué Y185 pour 2 jours par personne.
    Si on fait comme vous et que l’on reste 3 jours y a t’il un supplément?

    Merci!

    • Répondre
      6 octobre 2016

      Bonjour,

      Le pass est effectivement valable 2 jours, il est possible qu’un supplément soit demandé mais de notre côté, nous n’avons jamais été contrôlé pour sortir et n’avons pas vu postes de contrôles non plus.
      Du coup, il est difficile de répondre avec certitude à ta question 🙂

CommentLuv badge