Logo le monde à deux

Ce bénévolat à Taïwan vous ressourcera par sa simplicité et son authenticité

Ce bénévolat à Taïwan vous ressourcera par sa simplicité et son authenticité

Faire un périple de 500km à vélo est une expérience à part entière, mais ce n’est pas la plus optimale pour rencontrer les locaux.

Pourtant Taïwan est un vrai coup de coeur ! Et notre passage à Luye n’y est pas pour rien.

Le monde parfait ?

Quelques jours de repos à Taipei ont été suffisant pour nous remettre de nos émotions et des kilomètres à vélo que nous avions dans les pattes.

Nous étions à peine arrivés chez nos nouveaux hôtes après 8h de train, qu’ils nous ont embarqués dans une soirée.

Après 3 mois passés à Luye, un bénévole anglais partait le jour suivant. Le héros de la soirée, ivre d’alcool et de joie, chantait et pleurait passant des uns aux autres les inondant d’amour. Il s’est approché de nous les yeux brillants et le sourire aux lèvres :

You will love this place, people here are amazing. They are like a family now. I want to come back as soon as possible.   (Vous allez adorer cet endroit, les gens sont géniaux. Ils sont comme ma famille maintenant. Je veux revenir dès que possible).

Pour des raisons de papiers, il devait partir, mais c’était une certitude, il reviendrait.

Au milieu de cette euphorie, nous y avons aussi rencontré Robert, le créateur du premier Lonely Planet Taïwanais. Il est tombé amoureux de cette île et d’une de ses habitantes. Il souhaite y finir ses jours et il obtiendra ses papiers très prochainement.

Où étions-nous arrivés ? Tant de bonheur et de simplicité ressortaient de cette soirée. Était-ce vraiment ce qui nous attendait à Luye ?

Notre séjour nous a prouvé que oui.

le monde a deux benevolat taiwain

Une vie exemplaire à la ferme

Ce petit coin de paradis se trouve dans le sud-est de Taïwan. Dans un petit village à une heure de route de Taitung, A-rong, sa femme et leurs deux garçons sont installés dans la maison de la grand-mère maternelle.

Le père avait un rêve : cultiver bio. Lors d’une soirée bien arrosé, il s’est confié :

Tout le monde me disait que c’était impossible, que ça ne marcherait pas et je leur ai prouvé que si

Ils racontent qu’à une époque, ils avaient beaucoup d’argent. Vers 20 ans, ils ont eu deux enfants, car c’était la logique des choses. Puis leurs choix ont évolué.

Maintenant, ils ne roulent plus sur l’or, mais leur vie modeste leur plait. La maman et ses deux fils sont adeptes d’une religion bouddhiste et vegans depuis plusieurs années. Le père n’adhère pas à cette philosophie mais respecte totalement leur mode de vie.

L’harmonie et le respect qui existent dans cette famille sont beaux à observer. Ils ne courent après rien si ce n’est la simplicité et la Nature.

Je gobe leurs paroles et me surprend à absorber leurs énergies.

le monde a deux benevolat taiwain ananas

Ils possèdent des plantations de thé et d’ananas et depuis peu des bananiers. Autour de Luye c’est le paysage classique, sauf que chez eux, tout est naturel et bio. C’est-à-dire qu’ils n’utilisent aucun produit chimique et aucun arrosage. Les plantes vivent avec la Nature : parfois la saison est bonne et parfois moins.

Suite à la rencontre d’une touriste, ils ont créé un bar et un magasin/épicerie de produits bio où les gens peuvent se poser et boire une tasse de thé. Les journées sont rythmées par les touristes taïwanais qui passent en coup de vent ou qui s’installent et discutent. Les deux propriétaires les accueillent toujours avec le sourire et beaucoup de plaisir.

Ils ont régulièrement des volontaires taïwanais et depuis peu Amine a initié l’arrivée d’étrangers. Après une expérience en Allemagne, il a vu le potentiel pratique et humain d’un tel échange et a convaincu ses parents qui ne parlent pourtant pas bien anglais, voire pas du tout pour son père.

C’est peut-être la seule note négative de notre séjour, de n’avoir pas pu communiquer directement et plus amplement avec les parents.

Une expérience riche en échange

Je pourrai passer des heures à vous raconter la simplicité et la joie de vivre qui ont bercé notre quotidien pendant notre séjour à Luye. Nous n’avons jamais eu une tâche aussi répétitive et désagréable que de désherber entre les ananas et pourtant le temps filait à tout allure.

Au milieu des montagnes et de bananiers, j’appréciais être ici.

Yuyu, Alice et Tiffany, trois filles de Taipei, ici pour le plaisir de la Nature, ont été de vrais vecteurs de leurs cultures. De véritables bavardes qui avaient toujours le sourire aux lèvres. Addict au sucre, elles nous ont fait découvrir le plaisir des chips de patate douce. Déjà que j’étais tombée amoureuse des patates douces japonaises, mais là, elles m’ont carrément attrapée dans leurs filets !

Au son de la musique ou de nos voix, nous prenions régulièrement des pauses où nous avions toujours quelque chose à nous raconter. Lorsque Yuyu passait du temps au café avec des clients, il n’était pas rare de la voir arriver avec un plateau, du thé, des fruits et des gâteaux.

pause thé dans volontariat taiwan

Les journées passées au milieu des ananas se finissaient généralement dans le magasin, autour d’un thé et d’alcool fort où chacun se dévoilait sans mystère.

volontariat taiwain authenticite

Amine adorait parler, du coup nous avons pu échanger à de nombreuses reprises sur leur mode de vie, sur le veganisme et sur ses choix professionnels. Il aime cette vie, il s’installera à la campagne plus tard mais il estime qu’il doit d’abord travailler en ville avant de se lancer.

Ils nous ont emmené à plusieurs reprises découvrir les alentours. Nous avons partagé une soirée pizza au feu de bois dans un petit village d’aborigène, aperçu la piste des montgolfières où se déroule chaque année le festival et nous avons accompagné la maman dans un marché local pour les courses du jour de l’an chinois.

benevolat taiwain simpliciteworkaway taiwan aborigene soiree pizzaworkaway taiwan luye

Et le travail dans tout ça ?

Nous bossions de 8h à midi et de 14h à 17h avec des pauses régulières : une bonne journée de travail. Mais comme je vous le disais, nous ne les voyions rarement passées. Malheureusement, nous sommes arrivés à une période où le travail était monotone et pas franchement passionnant.

Nous avons désherbé pendant tout notre séjour, sauf une fois ou deux, où nous avons empaqueté les ananas.

champ ananas workaway taiwan

À d’autres période de l’année, ils ramassent les ananas, les font sécher et font aussi du thé.

Nous aurions adoré rester et découvrir toutes les autres facettes de leur travail, mais peut-être que Taïwan plantait d’autres graines en nous :

Il faudra revenir les amis

Quand il pleuvait tout le monde rentraient. C’était repos forcé et même pour quelques gouttes, nous étions rapatriés à la maison.

En plus du travail quotidien, c’était régulièrement aux volontaires de faire à manger pour tout le monde. Nous ne sommes déjà pas très à l’aise lorsqu’il s’agit de cuisiner pour d’autres, mais lorsque nous nous sommes retrouvés avec des légumes inconnus à préparer pour des vegans, cela nous a semblé mission impossible.

Les filles se sont relayées à plusieurs reprises pour nous aider et nous avons appris dans la bonne humeur à cuisiner le tofu et les légumes asiatiques.

le monde a deux cuisine bénévolat taiwain

C’est dans cette ambiance sereine que j’ai pu me ressourcer, me questionner sur mon alimentation, lire, faire du yoga quotidiennement et repartir plus forte que jamais.

Je ne peux que vous conseiller d’aller à Taïwan pour toutes ses merveilles et encore plus d’aller aider cette famille pour l’unique plaisir de côtoyer leur vie.

Et vous, quelle est la dernière fois que vous avez ressenti ce sentiment de bonheur simple ?

7 commentaires

  • Répondre
    Stéphanie
    24 septembre 2015

    Salut,

    Super cette rencontre, ça donne vraiment envie d’aller non seulement à Taïwan (alors que ce n’était jusqu’à présent une destination qui ne m’avait pas effleuré l’esprit) mais plus encore à Luye!

    Est-il possible de contacter cette famille? Avez vous des coordonnées à partager?
    Merci et merci pour votre blog, c’est toujours un grand plaisir de vous lire!

  • Répondre
    24 septembre 2015

    Ah ! une nouvelle aventure en volontariat ! Encore un article super, ça donne vraiment envie d’y aller, ton écriture respire le bien-être !
    Laure Articles récents…Tour du monde : 5 mois avant le départ, on en est où?My Profile

    • Répondre
      Auteur
      25 septembre 2015

      Merci pour ton compliment. Je suis heureuse de lire que j’ai réussi à retransmettre mes émotions et le calme que j’ai ressenti pendant notre séjour à Luye. Le bénévolat devient une addiction à force 🙂

  • Répondre
    27 septembre 2015

    Ils sont bons les ananas de Taiwan ??? On a fait un helpX dans une petite plantation à Tamparuli (Bornéo), j’en suis tombée accro !!
    Une bien belle expérience mais beaucoup d’heures travaillées, non ?
    Ce bonheur simple on le ressentait encore ce matin avec l’hôte du homestay où nous avons passé les 2 dernières nuits, il nous a ouvert sa porte comme si nous faisions partie de la famille ! On a eu le temps de cuisiner ensemble, d’aller à un mariage et de siroter du vin en discutant de tout et de rien. Un vrai plaisir simple et tout plein de sourires 🙂
    Claire Articles récents…La Nouvelle Zélande, pays de lacs et rivières aux couleurs hallucinantes !My Profile

    • Répondre
      Auteur
      27 septembre 2015

      Malheureusement nous ne les avons goûté que séchés car ce n’était pas la bonne saison. Mais c’était déjà vraiment bon.
      Concernant, les heures de travail, ça faisait effectivement des journées chargées; mais nous ne les avons jamais vu passées, il faut dire qu’on faisait énormément de pauses et que nous avions régulièrement du temps pour nous 🙂
      Et puis à force de bavarder, le temps passe super vite !
      Ton exemple reflète bien mes propos, comme quoi c’est souvent ces toutes petites choses, ces regards et ces échanges qui restent ancrés 🙂 En tout cas c’est celles là que je préfère.

CommentLuv badge